Dessin caserne moreigneDessin d'artiste (collection privée - Tous droits réservés)

 

Le 30 septembre 1927, le ministre de la défense Painlevé publie un décret mettant sur pied la Commission d'Organisation des Régions Fortifiées (CORF)

La commission a fait le choix de défendre les frontières françaises avec une ligne de fortification construite en temps de paix, dont l'ossature est composée de trois régions fortifiées (RF de Metz, de la Lauter et de Belfort).

Elle est à l'origine de la réalisation pratique de la majorité de la ligne Maginot, en métropole (dans le nord-est comme dans le sud-est), en Corse (l'organisation défensive de la Corse) ainsi qu'en Tunisie (la ligne Mareth). Les premiers travaux débutent en 1928 à Rimplas (dans les Alpes-Maritimes).

A sa dissolution, le 31 décembre 1935, certains secteurs ne sont pas encore protégés. Dans le haut-rhin, le dernier ouvrage construit par la CORF est implanté à Hombourg et porte le numéro 63/3. Le réduction des crédits entraîne l'ajournement des projets ambitieux de cette commission.

Afin de poursuivre la défense du sud de l'Alsace, les études techniques sont confiées à partir de 1936 aux Sections Techniques du Génie (STG).

 

Dès 1936, des contacts ont été établis entre le chef du Génie à Belfort, le chef de bataillon JULLIARD et la commune de FERRETTE pour l'implantation de deux casernes. L'une pour la Gendarmerie et l'autre pour l'armée de terre. La future caserne Robelin sera prévue pour accueillir un État-major de compagnie, deux pelotons motocyclistes de GRM. Une brigade pour cinq hommes est également prévu. Quant à la future caserne Moreigne, elle accueillera une compagnie du 171ème Régiement d'infanterie de Forteresse.

 

En 1937, une convention est établie entre l’Etat Français et le département du Haut-Rhin en vue de la construction des deux casernements à FERRETTE. Les comptes-rendus de réunion du conseil municipal de la ville de Ferrette des 12 mai 1937, 22 novembre 1937, 8 décembre 1937 et 19 janvier 1938, définissent les modalités d’application de cette convention pour la commune.

 

Caserne Robelin:

Caserne Robelin 1(Collection privée - Tous droits réservés)

 La décision de construire une caserne de GRM à Ferrette est arrêtée en 1937. Elle doit, au moment de la signature, servir à l’implantation d’un seul peloton motocycliste chargé de la surveillance de la frontière franco-suisse. La construction est entreprise dès le début de 1938. Le gros oeuvre est terminé en 1939, mais les travaux sont interrompus en raison des hostilités.

Entre 1939 et 1944, les Allemands aménagèrent certains bâtiments de la caserne Robelin en chambrées en tant qu’hôpital.

Les travaux reprennent en 1948 et la caserne est entièrement terminée en 1954. Affectée à la GRM depuis 1948 en vertu d'une décision ministérielle du 2 février 1948, elle reçoit son appellation définitive le 21 avril 1949.

 

Caserne Moreigne:

Caserne Moreigne 1(Collection privée - Tous droits réservés)

 Dans le cadre du plan de défense de la Ligne Maginot, la caserne Moreigne est construite dès 1937 à Ferrette. Achevé en 1939, elle accueillera comme prévu une compagnie du 171ème RIF. Au début de la guerre, cette compagnie est remplacé par une compagnie du 159ème RAP (Régiment d'Artillerie de Position) de Belfort.

 Pendant la seconde guerre mondiale, ce casernement sert comme école de la Feld-Gendarmerie et probablement à une section de S.S.

En revanche, après les évènements et jusqu'à une période relativement récente, la caserne servit de cantonnement d'instruction aux recrues du contingent qui venaient y faire un court séjour.

Il ne subsiste à ce jour que deux bâtiments, le poste de police (bâtiment avec le petit clocher) et la salle de pansement et logement (bâtiment située tout à l'arrière de la caserne.
Au sous-sol du poste de police, il restait jusqu'à récement quelques éléments des boîtiers de téléphonie

   P2155271P2155293

 











 (Photos collection Nicolas VAUTHERIN - Tous droits réservés)

Cité Cadres:

A proximité de la caserne Moreigne a été construite la cité cadre ainsi que la brigade de Gendarmerie. Il ne subsiste aucun de ces bâtiments à ce jour.

Cite cadres(Collection privée - Tous droits réservés)

 

JSN Megazine template designed by JoomlaShine.com